Patutiki, l’art du tatouage des îles Marquises

0
(0)

Année de diffusion : 2019

Descriptif du documentaire :

Patutiki, l’art du tatouage des îles Marquises, c’est l’état des lieux de l’art du tatouage marquisien, Patutiki est aussi une véritable enquête au cœur de la culture marquisienne. Le film est en marquisien et reflète le périple des deux réalisateurs qui ont visité 23 vallées de l’archipel au cours du tournage.

Ce documentaire nous emmène au milieu du Pacifique dans l’archipel des Marquises, « La Terre des Hommes ». Au cours des siècles, la pratique du tatouage s’y est développée. Art unique par sa richesse graphique, la densité des motifs pratiqués sur le corps, leur sens, leur portée symbolique. Il plonge ses racines dans la culture marquisienne, les légendes, les récits des Anciens et résume la mémoire et l’histoire de ces îles.

Prix du public au FIFO 2019, ce documentaire montre l’art du tatouage dans tous ses états. Le film illustre la manière dont la connaissance scientifique actuelle rejoint celle des anciens.

EN SAVOIR PLUS
Tatouage en Polynésie

Le tatouage historiquement pratiqué en Polynésie, et aujourd’hui diffusé dans le monde entier, a des origines diverses. En effet l’art du tatouage est intrinsèquement lié à la culture polynésienne. Il traduit « ce qu’il y a de plus profond dans l’homme »1. Aux Marquises par exemple, « c’est la peau qui fait l’Enata ,qui le rend humain, mortel et non simplement esprit »1. Elle est son image et l’expression de son identité qui reflète le passé, et dévoile le futur d’une lignée qui remonte à la nuit des temps.

Le tatouage avait été transmis par les anciens, des ancêtres divinisés, des dieux et l’on devait s’en montrer digne, s’y préparer physiquement. Détourner cet art, et ses motifs, de leur destination originelle, c’était assurément risquer leur couroux. L’histoire du tatouage (tatau) est très difficile à retracer, car même s’il s’agit d’une pratique ancestrale, on ne peut pas encore la situer avec exactitude dans le temps.

Étymologie
L’origine du mot tatouage vient d’Océanie. C’est en effet le capitaine britannique James Cook, à la fin du xviiie siècle, qui rapporte de ses voyages en Polynésie le terme de tattoo, dans le journal de son deuxième voyage, avec les tatouages polynésiens retranscrits par Sydney Parkinson, son illustrateur naturaliste l’accompagnant4.

Le mot tattoo vient de la Polynésie. Le mot tatau est courant dans de nombreuses cultures polynésiennes. En tahitien tatau veut dire « frapper », qui dérive lui-même de l’expression « TA-ATUA », combinaison de la racine « TA », littéralement « dessin inscrit dans la peau », et du mot « ATUA », qui signifie « Dieu ».

C’est en 1769 que le mot tatouage fit son entrée dans le langage courant, et en 1858 que le mot fut officiellement « francisé » et fit donc son apparition dans le dictionnaire Littré.

Légende
Selon la légende en Polynésie, le tatouage serait d’origine divine. En effet, pendant le Pô5, la pratique du tatouage aurait été créée par les deux fils du dieu Ta’aroa : Mata Mata Arahu et Tu Ra’i Po. Les deux frères faisaient partie d’un groupe d’artisans dont faisaient également partie un autre dieu, celui de l’habilité, et Hina Ere Ere Manua, fille du premier homme. Lorsque Hina Ere Ere Manua devint une pahio6, les deux dieux en tombèrent amoureux.

Pour la séduire ils inventèrent le tatouage, s’ornèrent d’un motif appelé Tao Maro Mata et réussirent à enlever la jeune fille du lieu où elle avait été enfermée depuis qu’elle était devenue une jeune femme, car poussée elle aussi par le désir elle trompa la vigilance de sa « prison » pour se faire tatouer.

C’est ainsi qu’est né le tatouage en Polynésie. Cette pratique fut d’abord utilisée par les deux fils du dieu Ta’aroa, puis ils transmirent leur savoir aux hommes qui trouvèrent cette pratique très intéressante et l’utilisèrent en abondance. Les deux frères Mata Mata Arahu et Tu Ra’i Po devinrent ainsi les dieux du tatouage.

Histoire du tatouage
Avant l’arrivée des missionnaires, les Polynésiens n’utilisaient pas le langage écrit, transmettant leur savoir oralement. Les motifs symboliques des tatouages sur le corps permettaient d’exprimer l’identité et la personnalité d’une personne. Ils indiquaient également le rang social dans la hiérarchie, la maturité sexuelle ou encore la généalogie. L’art du tatouage était considéré par les Polynésiens comme Tapu et réservé aux seuls initiés. Traditionnellement il était surtout réservé aux classes supérieures (chefs de tribu).

Rite de passage
Le tatouage permettait une valorisation de l’individu, il le suit toute sa vie tout au long de son parcours. C’est à l’adolescence quand le garçon ou la fille sort de l’enfance pour devenir un homme ou une femme que commence ce processus de formation de marquage. L’individu est ainsi identifié à la communauté à laquelle il appartient, par des motifs le représentant le mieux en tant que personne. À ces signes premiers s’ajoutaient d’autres au fur et à mesure sur l’évolution de l’individu et de sa maturité sociale.

Rang social
Plus l’homme était tatoué, plus son prestige était grand. Être tatoué était un signe de force, de pouvoir et de richesse pour l’individu. Par conséquent on pouvait observer les tatouages les plus élaborés sur les guerriers ou les chefs. Les individus non tatoués étaient méprisés tandis que ceux qui étaient entièrement tatoués de la tête au pied pouvaient jouir d’un grand prestige.

Différenciation homme/ femme
Homme et femme ne portaient pas les mêmes tatouages. En effet, ceux des femmes sont moins ornés, mais sont cependant plus élégant et mieux exécutés que ceux des hommes. Elles portent leurs tatouages comme des parures. Les tatouages des femmes sont moins étendus que ceux des hommes, elles se limitent aux extrémités comme les mains, les pieds, les lèvres. Seules les femmes de haut rang (femme de chef) pouvaient avoir les cuisses et les fesses tatouées. Les hommes eux ont le corps entièrement tatoué. Seul le visage était respecté, à l’exception de certains guerriers ou prêtres qui portaient des emblèmes particuliers sur le front ou sur les lèvres.

Renaissance d’une tradition polynésienne perdue
Peu après la découverte de la Polynésie par les missionnaires en 1797, l’art du tatouage fut banni. En effet cet art était considéré par les missionnaires comme « barbares » à cause des techniques de l’époque où l’on utilisait des dents de requins ou des os taillés pour tatouer. Elle disparut donc pendant plus de 150 ans. Cependant on redécouvrit le tatouage polynésien grâce aux notes et aux croquis du missionnaire allemand Karl Von Steinen qui avait fait plus de 400 schémas de tatouages polynésiens. Cette découverte a permis à quelques pionniers de réhabiliter le tatouage polynésien, au cours des années 1980, à l’occasion des fêtes de Tiurai8.

Techniques et outil
Les outils de tatouage traditionnel étaient composés d’un peigne aux dents en os ou en écailles de tortue, fixé à un manche de bois. Les dents étaient trempées dans une encre à base de charbon de noix diluée dans l’huile ou dans l’eau. Autrefois, pour tatouer, on introduisait sous la peau une suie d’un bois calciné maintenue dans la coque sèche d’une noix de coco. Pour obtenir cette Tia Iri9, on faisait brûler des amandes de coco et on le diluait dans de l’eau tiède ou de l’huile de coco à l’utilisation.

On insérait le tia iri dans la peau grâce à une dent de requin ou un coquillage attaché à l’extrémité d’un « TA » que l’on frappait par petits coups avec un maillet, provoquant l’incision de la peau et la pénétration de l’encre.

Le maître-tatoueur tenait toujours dans l’autre main un petit bout de Tapa. Il rangeait toujours ses instruments dans un étui en bambou couvert de tapa. Il était aidé par des assistants pour tenir le tatoué et pour tendre la peau. Les assistants accompagnaient de temps à autre ce rite de chants appropriés. Cette opération était longue et douloureuse. La pratique du tatouage avec des outils traditionnels fut interdite en 1986 par le ministère de la santé pour cause d’une mauvaise hygiène des outils qui étaient fait de bois et d’os et donc mal stérilisés.

Tatouage polynésien de nos jours
Le tatouage polynésien revenu au goût du jour devient de plus en plus populaire auprès des jeunes Polynésiens toujours en quête d’un retour aux valeurs culturelles et traditionnelles. Ils considèrent le tatouage polynésien comme marque d’une identité Maohi retrouvée. De nos jours, de plus en plus de tatoueurs se mettent au style polynésien. Certains privilégient le côté esthétique ; d’autres plus le côté symbolique.

On observera que c’est surtout le tatouage marquisien qui revient le plus souvent dans les motifs présentés chez les tatoueurs, car les tatouages tahitiens se confondent avec le tatouage marquisiens ; les motifs sont semblables alors que ça n’était pas le cas autrefois. L’engouement pour les tatouages polynésiens a proliféré depuis les années 1980 jusqu’à nos jours et il est désormais possible de se faire tatouer avec un motif polynésien chez n’importe quel tatoueur du monde.

À propos de ce Documentaire

Guidez les autres membres grâce à votre note !

Moyenne 0 / 5. Nombre de votes 0

Aucun vote enregistré, soyez le/la premier(e) à noter ce documentaire !

Nous sommes désolés que ce documentaire ne vous ait pas été utile, nous allons surveiller de prêt les prochains votes le concernant, et si besoin, le supprimer)

Laissez-nous améliorer CULTURA Academy !

Dites-nous pourquoi vous avez sélectionné ce choix ?

FavoriteLoadingAjouter à ma Bibliothèque de Documentaires favoris

La bibliothèque n’est disponible que pour les Membres du site

Supprimer cette publicité ?
Devenez Membre !
Cliquez ici pour en savoir plus

Top des Membres
Top des Membres

La barre de recherche n’est disponible que pour les Membres abonnés

Catégories du site

Supprimer cette publicité ?
Devenez Membre VIP !
Cliquez ici pour en savoir plus

SÉLECTION DE DOCUMENTAIRES ALÉATOIRES

Soutenez-nous,
suivez-nous !

Qui d'autre que vous peux parler de notre site et répandre la culture, le savoir ?! Aimez notre page fan si vous aimez CULTURA Academy, et invitez en quelques clics tous vos ami(e)s Facebook à nous rejoindre !
PAGE FAN OFFICIELLE

ENVOYER UN LIEN DE SECOURS POUR CE DOCUMENTAIRE

DOCUMENTAIRES ALÉATOIRES PUBLIÉS IL Y A MOINS D'UNE ANNÉE

Aisius Fondateur CULTURA ACADEMY

Aisius Fondateur CULTURA ACADEMY

Colporteur et Développeur de la Culture et du Savoir - « La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert » - André Malraux 1901 - 1976 / Écrivain, aventurier, homme politique et intellectuel français

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Patutiki, l’art du tatouage des îles Marquises

PARTAGER CET ARTICLE

Poster et lire des commentaires

  • Rappel : Le site internet CULTURA Academy n’héberge aucune vidéo sur ses serveurs. Celles-ci proviennent de différents liens provenant de différentes plateformes d’hébergement publics et gratuites à travers le monde (Youtube, Dailymotion, Vimeo, Vudeo, DoodStream, Rutube, Google Drive, Dropbox, etc..). Ces liens sont uniquement cryptés et reliés à notre lecteur de vidéo au design adapté à celui de notre site. Voir notre Politique de Copyright pour en savoir plus à ce sujet. Si vous constatez que la vidéo de cette page n’existe plus, cliquez une fois seulement sur le bouton ci-dessus « Envoyer une alerte ». Nous nous efforcerons de trouver une autre publication de cette vidéo dans les plus brefs délais, si un Contributeur n’a pas déjà placé un nouveau lien en attente pour ce même documentaire. Dans ce cas là, le changement est automatique. Par ailleurs, nous avons sélectionné cette image d’illustration comme étant la plus belle et représentative du contenu du documentaire. Après vérifications, elle était libre de droit étant donné qu’elle était présente sur des dizaines de sites en ligne dont des sites de fonds d’écran gratuits. Si pour autant vous estimez que nous mettions votre nom en crédit-photo, aucun problème. Utilisez le bouton d’alerte dans ce documentaire et nous ferons la mise à jour, dès lors que les preuves de propriété de cette illustration nous aurons été apportées. Merci de votre compréhension. Aisius – Répandeur de Savoir

Tags : Streaming documentaires, documentaire, docus, télécharger un documentaire, voir documentaire, film documentaire complet, streaming docu, documentaires, télécharger documentaire, documentaire gratuit, documentaire vo, achat documentaire, acheter un documentaire, torrent documentaire, documentaire 2021, documentaire américain, site documentaire, documentaire français, streaming culture, documentaire étranger, vidéo culture, vidéo documentaire, série gratuite, série documentaire, films documentaires, meilleurs documentaires, film gratuit streaming, vidéo gratuite documentaire, voir un documentaire, documentaire vf, dvd documentaire, tourner un documentaire, meilleur documentaire, docs, torrents documentaire